A la Folie

ou un peu, beaucoup, à la Folia …

Œuvres de,
J. Eccles, H. Purcell, J-B Lully,
Rameau, Corelli, L-N Clérambault
Avec
Stéphanie VARNERIN, soprano
Flavio LOSCO, Marie Agnès LETELLIER, violon
Hélène COLOIGNER, alto
Sibylle SCHUETZ-CARRIERE, viole de gambe
Michaëla CHETRITE, clavecin

De tout temps, la Musique a su sublimer les sentiments et les passions de la Gent Humaine.
De l’allégresse de l’amour partagé au plus sombre désespoir de l’amant éploré, le sentiment amoureux pousse bien souvent les hommes et les femmes jusqu’à la déraison. Ainsi, de nombreuses œuvres de la Musique Baroque ont illustré cette passion amoureuse qui consume leurs héros jusqu’à la folie …
Avec l’« amant fou » (mad lover) et sa mélancolie chez Eccles, la Reine Dido (ou Didon) qui, abandonnée et désespérée, meurt de chagrin et de désillusion, dans « When I am laid in earth », l’un des
airs les plus bouleversants jamais écrits par Purcell pour l’opéra, la magicienne Armide qui voit le chevalier Renaud échapper à son amour, Médée qui répond à la trahison de Jason par la plus sanglante des vengeances, …

Mais la Folie est aussi un genre majeur de la musique baroque. En 1672, Jean-Baptiste Lully publiera sa première œuvre du genre en France, « Les Folies d’Espagne ». C’est bientôt toute l’Europe du XVIIe siècle qui résonne au son de ces innombrables œuvres musicales très en vogue. La « folia », c’est celle qui semble s’emparer des musiciens qui délivrent de folles improvisations, toujours
plus frénétiques et débridées sur un thème lancinant au pouvoir curieusement hypnotique.
Laissons-nous, le temps de ce concert, gagner par l’émotion à l’écoute de quelques pièces les plus sublimes du répertoire baroque et de ces extravagantes et envoûtantes folies…
Au plus profond de l’âme humaine jusqu’aux limites de la Folia …

Samedi 4 février à 20h30 A l’Opéra de Nice - Foyer Montserrat Caballé