La Belle Danse

ou les fastes du Grand siècle

Concert-rencontres des Conservatoires du département autour de la danse baroque
Dans le cadre du Festival de Commedia dell’arte de La Semeuse

avec la participation des danseurs Emmanuel Soulhat et Stéphanie Gillet, de l’Académie de Musique Rainier III de Monaco, du CRR de Nice, du CRD de Cannes, du CRR de Valbonne, et de l’Ecole de musique ainsi que de la classe de Commedia dell’arte de La Semeuse

L’expression belle danse se rapporte bien à une considération esthétique et signifiait élégant, raffiné, conforme aux mœurs et usages de la noblesse. La danse était enseignée aux gentilshommes au même titre que le combat à l’épée et l’équitation. De fait, l’«Honnête homme» était censé savoir danser. A l’instar de ses sujets, le Roi danse. Ainsi, Louis XIV pratique cette discipline avec passion et danse notamment sur scène, lors de représentations des Noces de Pelée et de Thétis en 1654 dans la salle du Petit-Bourbon devant plus de 30.000 courtisans. Le roi est en perpétuelle représentation. Paraître est bien plus important qu’être. Maintien et postures étudiés, ornementation du geste, obséquieuses révérences, courbes gracieuses du rond du poignet et du rond du coude … La vie de Cour est un véritable ballet.

Et la musique ne pouvait que se mettre au service de cette mode, de cet art de vivre.

Entrée libre

Dimanche 21 Juin 2020 à 17h au Centre Culturel la Providence